Dear reader,
You may have noticed that we’ve changed domains from Minestories to Solid Ground online, a name that more inclusively reflects our broad range of solutions for the mining and rock excavation industries. Rest assured, you’ll still be able to read and watch the ground-breaking content you’ve come to expect. Thanks for visiting.

<p>Ricardo Losa, étudiant en maîtrise à l’Institut international d’économie environnementale industrielle de l’Université de Lund.</p>
Montrer la légendeMasquer la légende

Ricardo Losa, étudiant en maîtrise à l’Institut international d’économie environnementale industrielle de l’Université de Lund.

Le cercle du cycle de vie

Début 2019, Sandvik Mining and Rock Technology a commencé à collaborer avec l’Institut international d’économie industrielle et environnementale (IIIEE) de l’Université de Lund, en Suède. L’objectif? Permettre à son activité de devenir plus durable et respectueuse de l’environnement. Depuis, Ricardo Losa, étudiant en maîtrise, travaille sur un projet de recherche pour aider la division Load and Haul à adopter un modèle circulaire. Avec Solid Ground, il évoque ses travaux et les innombrables avantages que la mise en œuvre des changements proposés peut apporter à la division et, à terme, aux clients.

Q : Comment avez-vous été associé au projet de recherche dont le but est de faire adopter une économie circulaire à la division Load and Haul de Sandvik Mining and Rock Technology?

R : Christina Hansson, spécialiste en chef ESS monde chez Sandvik, est une ancienne élève de l’IIIEE. Elle a contacté l’un de nos professeurs pour qu’il établisse si les étudiants de l’institut seraient intéressés de travailler sur cet objectif avec Sandvik Mining and Rock Technology en général, et avec sa division Load and Haul en particulier. Sandvik a compris que la mise en œuvre d’une économie circulaire peut lui apporter des avantages certains sur les plans économique, environnemental, social et du développement durable. Au début, j’ai d’abord essayé de comprendre le contexte des opérations de Load and Haul, et j’ai constaté qu’on y faisait déjà beaucoup en matière de circularité.

Q : Quelles propositions avez-vous faites à partir de vos recherches sur la division?

R : Après avoir évalué la méthodologie que j’ai utilisée afin de déterminer si elle pouvait contribuer efficacement à la mise en œuvre d’une économie circulaire, j’ai fait quelques suggestions d’amélioration. Avec Sandvik, on a réparti ces propositions en trois volets : la collaboration avec les fournisseurs, l’élargissement du programme de reconditionnement et l’axe conception des produits.

Q : Commençons par les fournisseurs. Comment peuvent-ils aider la division à tendre vers une économie plus circulaire?

R : L’un des piliers de l’économie circulaire est l’amélioration du rendement des ressources et de l’énergie. Les fournisseurs peuvent livrer à Sandvik des matériaux plus durables pour réaliser des équipements plus légers ou plus économes en carburant, ou des matériaux qui sont eux-mêmes déjà recyclés. Sandvik a déjà pour objectif d’atteindre 90 % de circularité d’ici 2030, et tient à ce que ses fournisseurs fassent de même. C’est un bon point de départ. Sandvik prévoit également d’introduire un modèle circulaire dans toute sa chaîne d’approvisionnement.

Le programme de reconditionnement, par lequel un équipement ancien est remis en état avec des pièces neuves à un coût inférieur à celui d'un équipement entièrement neuf, est l’incarnation même de l’éc

Q : Et le programme de reconditionnement? Comment peut-il contribuer au modèle circulaire?

R : Le programme de reconditionnement, via lequel un équipement ancien est remis à neuf avec des pièces neuves à un coût inférieur à celui d’un équipement entièrement neuf, est l’incarnation d’une économie circulaire. C’est une grande source de compétitivité, il faut donc qu’il soit aussi efficace que possible. L’un des moyens d’y parvenir est de standardiser les lots de pièces détachées pour le reconditionnement afin de satisfaire les clients plus rapidement, réduisant ainsi les temps d’arrêt et augmentant la productivité. Un petit obstacle à cette proposition est qu’avec la standardisation, les clients perdent en personnalisation. On peut résoudre ce problème en ciblant les pièces qui sont le plus susceptibles de s’user et en les préparant pour qu’elles puissent être remplacées. Le reste du reconditionnement pourrait être personnalisé en fonction des désirs du client.
Il est également salutaire que les experts en pièces et services soient chargés du programme de reconditionnement, car ils peuvent faire remonter à la division Load and Haul des informations d’importance sur ce dont ont besoin les projets de reconditionnement des clients. La division peut alors inclure ces informations dans la nouvelle version d’un équipement.

Q : En quoi l’amélioration de la conception peut-elle avoir des effets sur la circularité?

R : D’après plusieurs experts dans le domaine de l’économie circulaire, la conception est la première étape, et la plus déterminante, pour mettre en place une économie circulaire. Pour la division Load and Haul, cela signifie créer des composants durables et résistants à partir de matériaux recyclables afin qu’ils puissent être facilement démontés à la fin de leur cycle de vie. Cela devrait être fait de manière à ce que tous les composants qui ont de la valeur puissent être triés afin d’être recyclés efficacement. De plus, l’équipement doit comprendre le moins d’associations de matériaux possible, de sorte que le tri des composants – le plastique et le métal, par exemple – ne pose pas de problème au moment du recyclage.