Dear reader,
You may have noticed that we’ve changed domains from Minestories to Solid Ground online, a name that more inclusively reflects our broad range of solutions for the mining and rock excavation industries. Rest assured, you’ll still be able to read and watch the ground-breaking content you’ve come to expect. Thanks for visiting.

Une flotte toute neuve pour Lady Loretta

MOUNT ISA, QUEENSLAND. L’automatisation et la surveillance des équipements permettent à Redpath Australia de dépasser les attentes à la mine Lady Loretta rouverte par Glencore où le minerai à l’une des teneurs en zinc les plus élevées au monde.

Lorsque Glencore a annoncé le redémarrage de sa mine Lady Loretta interrompue en octobre 2017, le plus grand exploitant de zinc au monde a alors fait appel à un sous-traitant pour gérer les opérations durant les six ans d’exploitation prévues.

En décembre 2017, la compagnie minière Glencore a ainsi confié à Redpath Australia l’exploitation souterraine et l’exploitation à ciel ouvert de sa mine Lady Loretta, ainsi que la gestion des installations annexes. Les attributions de l’exploitant vont du concassage du minerai extrait à son chargement sur des convois routiers qui le transportent jusqu’à l’installation de transformation de Glencore à Mount Isa, la gestion des hébergements, des espaces verts, etc..

Lui incombe également toute la responsabilité légale de l’opération, un rôle unique pour un sous-traitant auquel on demande généralement de creuser une rampe ou de se charger des travaux préparatoires et de la production.

Cette mission d’envergure a attisé la curiosité de John McKinstry qui a rejoint le projet Lady Loretta en tant que directeur des opérations de Redpath. Fort d’une carrière de 30 ans, il a dirigé des mines dans toute l’Australie et en Amérique du Nord. « Diriger tout un site est une proposition intéressante pour Redpath, souligne John McKinstry qui est au sommet de la hiérarchie de la mine. Le périmètre d’intervention normal d’un sous-traitant est de s’occuper des travaux préparatoires et/ou de la production, ou encore d’une tâche bien spécifique. Ici, notre mission a nettement plus d’envergure. L’infrastructure est déjà en place, l’exploitant joue donc un rôle vraiment différent. C’est exceptionnel aussi que le contrat porte sur la durée de vie de la mine. La plupart des sites évoluent au rythme de leur mise en valeur et de la découverte de minerai, mais ce gisement est clairement défini. »

Redpath

Le groupe Redpath propose des prestations complètes à l’industrie minière dans plus de 30 pays depuis sa création en 1962. Ses compétences incluent la construction souterraine, le creusement de puits de mine, le forage en montant, la sous-traitance de l’exploitation, l’extraction de cheminées, les travaux préparatoires, les services techniques et d’ingénierie, et tout un éventail de prestations spécialisées. Le groupe emploie plus de 6 100 salariés dans le monde entier et possède des représentations régionales en Afrique du Sud, en Allemagne, en Australie, au Canada, au Chili, aux États-Unis, en Indonésie, en Mongolie et en Zambie.

Redpath a rouvert la mine dans les mois qui ont suivi la signature du contrat. La première volée préparatoire a été tirée en mars 2018. La production est très vite montée en puissance : en juillet 2018, l’exploitant atteignait déjà les objectifs de mise en valeur et de production fixés par Glencore. La production mensuelle s’est élevée à 100 000 tonnes, la capacité à plein régime étant prévue à 133 000 tonnes mensuelles.

La durée du contrat a permis à Redpath d’investir dans une flotte flambant neuve pour Lady Loretta. « Nous souhaitions atteindre/dépasser les objectifs dès le départ. Nous avons donc fait appel à une nouvelle technologie de pointe pour réduire au minimum les coûts d’exploitation et maximiser la productivité, sachant que nous avons suffisamment de temps pour exploiter pleinement le matériel et l’amortir. »

 

Deux jumbos Sandvik DD421 avec glissières télescopiques 10/16 ont fait mieux que prévu depuis leur mise en service. Redpath a régulièrement foré 400 mètres préparatoires par mois avec l’un des Sandvik DD421  tandis que l’autre restait en réserve et était chargé d’éventuels travaux de réhabilitation.

« Les jumbos ont parfaitement fonctionné depuis leur arrivée, se félicite John McKinstry. Nous avons dès le premier jour dépassé systématiquement nos attentes. »

Le minerai est évacué par une flotte de quatre chargeurs Sandvik LH621. Deux servent de manière conventionnelle aux travaux préparatoires, à la production manuelle et au chargement des camions tandis que les deux autres sont équipés d’AutoMine Lite pour commande à distance.

« Aux yeux de beaucoup actuellement, le 621 est probablement le chargeur de prédilection pour une activité de grande ampleur. C’est une grosse machine. C’est aussi une machine très productive, très confortable pour les opérateurs. Si on lui ajoute AutoMine, il se vend tout seul à bien des égards. »

C’est aussi une machine très productive, très confortable pour les opérateurs. Si on lui ajoute AutoMine, il se vend tout seul à bien des égards.

La raison pour laquelle Redpath a opté pour le chargement automatisé à partir de la surface est simple : regagner la productivité perdue au moment du changement d’équipe. « Il s’écoule beaucoup de temps entre le moment où se produit le tir de mine et celui où on peut pénétrer de nouveau à l’intérieur. Si on peut télécommander ces machines depuis la surface pendant la rotation, on peut récupérer jusqu’à deux heures de productivité par jour. L’autre bon point d’AutoMine, c’est qu’on peut faire la même chose encore et encore sans se heurter aux parois. À chaque fois, le chargeur suit la même trajectoire idéale. »

Redpath intervient sur trois niveaux à la fois, optimisant ainsi le chargement. « [Optimine] nous permet de changer de niveau, d’une chambre terminée à une nouvelle qui est automatisée, et de travailler à distance depuis un poste sous terre ou à partir de la surface. Pendant qu’un chargeur entasse le minerai, l’autre charge les camions », explique Rafe Horsington, responsable systèmes électriques à la mine.

Depuis le confort d’un refuge situé à un niveau tout proche, l’opérateur Tony Rosvall commande le chargeur qui transporte avec précision le minerai jusqu’au point de chargement. Il a appris à apprécier la fonction de géolocalisation d’AutoMine.

<p>Operator Tony Rosvall values AutoMine’s mapping capability along with the improved safety of operating the loader remotely.</p>

Operator Tony Rosvall values AutoMine’s mapping capability along with the improved safety of operating the loader remotely.

<p>Le groupe Redpath propose des prestations complètes à l’industrie minière dans plus d’une trentaine de pays depuis sa création en 1962.</p>

Le groupe Redpath propose des prestations complètes à l'industrie minière dans plus d'une trentaine de pays depuis sa création en 1962.

« Il peut dire où on se trouve dans une chambre. Si on y va et qu’il y a plein de poussière en suspension, on peut perdre ses repères et ne plus savoir très bien où l’on est. Avec AutoMine, au moins on sait où on est, où sont les parois, et l’angle d’approche. Il y a un gradin [dans la chambre] et on peut basculer. On peut alors corriger la trajectoire et c’est bien. »

Grâce à la connectivité permis par le réseau Wi-Fi installé dans la mine souterraine, Redpath a pu mettre en place le chargement télécommandé depuis la surface, et surveiller et gérer sa flotte en temps réel via My Sandvik Productivity, la version infonuagique d’OptiMine Monitoring.

OptiMine est synonyme de surveillance des équipements dans le secteur minier australien depuis sa première installation en 2014. Le suivi des flottes mobiles par My Sandvik Productivity permet à Redpath de garder un œil sur l’état du matériel par la voie informatique et d’agir plus rapidement pour résoudre le moindre problème potentiel.

Cette solution fournit des données détaillées simples à analyser. Chaque chargeur connecté recueille des données et les télécharge quand il se trouve à proximité d’un point d’accès sans fil. On peut y accéder depuis un ordinateur ou une tablette.

Le contrôle de l’état du matériel permet à Shane Timothy, responsable de l’entretien, et son équipe de Redpath à Lady Loretta d’améliorer la planification de l’entretien préventif. My Sandvik Productivity identifie également les tendances pouvant endommager les équipements ou raccourcir la durée de vie des composants, donnant ce faisant des idées de formation.

« Lorsque des codes, défauts ou alarmes apparaissent, le système explique ce qu’ils signifient. On peut survoler les icônes, celle qui dit par exemple qu’il y a un problème de freinage. Le système vous indique alors que l’opérateur est peut-être en train d’appuyer sur le frein et l’accélérateur en même temps. Ce n’est pas l’effet recherché à moins qu’il ne se déplace à très faible vitesse. »

La mine Lady Loretta

La mine de zinc à haute teneur Lady Loretta est située à 110 km au nord-ouest de Mount Isa. Lancée en 2013, la production s’est interrompue en 2015 avant de reprendre en mars 2018. Redpath exploite la mine à l’aide d’une équipe de 227 personnes. Avec une capacité annuelle nominale de 1,6 million de tonnes de minerai, Lady Loretta peut produire jusqu’à 160 000 tonnes de zinc par an au cours des six  ans d’ouverture qui lui reste.

John McKinstry pense qu’avoir des opérateurs mieux informés qui comprennent leurs équipements et leurs limites réduit le temps d’immobilisation du matériel. « Nous espérons qu’en faisant remonter l’information aux opérateurs, ils changeront de comportement aux commandes de leurs machines. Si on peut traiter ce problème assez vite, je pense que nos équipements seront plus disponibles. »

Shane Timothy voit dans la solution de surveillance du matériel un fort potentiel : « Cela nous permet de nous connecter et de voir exactement où se trouve le chargeur ou tout autre équipement à tout moment, comment nos opérateurs commandent le matériel, s’ils le font avec efficacité… Avoir la possibilité de repérer ces petites sources d’amélioration si quelque chose va de travers et de diffuser cette information à toute la flotte, à tous les opérateurs, nous permettra de procéder à bien des améliorations au niveau de toute la mine. Et aussi de maintenir nos coûts au plancher et notre productivité au plus haut. »